Marmotte et 3Ballons

LES 3 BALLONS
par
C.BURGER

Mes 3 ballons le 7 juin 2013:

 

Un petit résumé.

 

Vendredi 7 juin départ de Munster à 14h00, direction Mulhouse ou m'attente mes 3 compagnons de folie. Chargement du matos dans le camping cars, et en route pour Luxeuil les bains ou nous récupérons les dossards.

Deuxième étape trouver le camping qui à notre arrivée est déjà rempli de cycliste, beaucoup de hollandais, prêt à en découdre avec les sommets vosgiens. Déchargement du matériel préparation des vélos, plaque de cadre, puce électronique puis repas et dodo.

 

-Samedi 8 juin jour J réveil à 5h45 départ 6h30 vers le stade et les box de départ. Je me retrouve dans le box 1000 à 4000 assez à l'avant environ 1500ème.Et la j'entends quelqu'un m'appeler, Robi qui ce trouve dans la même ligne de départ que moi, incroyable on n'est environs 4000 au départ.

-7h15 le départ est donné, je franchi la ligne vers 7h30. Ca roule fort de suite entre 30 et 40km/h jusqu'au pied du col des Chevrères dit le petit Galibier, avec dans les 2 derniers Km des pentes de 16%, ou l'on peut voir les premiers ''pousseur'' qui ne finirons sûrement pas la cyclosportive.

Il faut dire que cette montée nécessite des talents d’équilibriste, route gravillionnée, il est pratiquement impossible de ce lever de la selle, il y a du avoir des sacrés bouchons à l’arrière.

Descente sur Giromagny  très technique 18% de pente et première chute, un mec est salement amoché. Cela fait  maintenant 2h00 que l'on roule et on a effectué 62Km il va falloir lever le pied.

-Le ballon d'Alsace par Belfort passe facilement, descente vers Masevaux ou je me trouve dans un bon groupe qui m'emmène au pied du col du Hundsruck. Le rythme dans la montée étant trop rapide pour moi je me laisse décroché dans les derniers Km.

-Arrivé à Bischwiller les Thann surprise le groupe qui m'a distancé dans la montée est arrêté au passage à niveau, la classe, on laisse passer le train et je reprends les roues. Dans la montée du grand ballon c'est chacun pour soi, beaucoup sont à l'arrêt, je coince dans les 5 derniers Km, le compteur affiche 9-10km/h, la chaleur est écrasante, je suis obliger de me battre jusqu'au sommet ou j’attends avec impatience le ravito car je suis à sec. Mauvaise surprise pour tous les participants pas de ravito, de nombreux participants vont remplir les bidons à l’auberge, ou s’arrête en terrasse.

-Le ravitaillement ce trouve finalement au Markstein, il y a du monde, les réserves d’eau sont presque à sec, j’ai de la chance j’arrive à remplir les bidons et même à avoir un verre de coca, mais comment vont faire les 3000 coureurs derrière moi ???

J'attaque la descente et revient sur un petit groupe d’une vingtaine de coureurs que je vais lâché dans le col d'Oderen, je suis repris au bas de la descente par quelques coureurs, on passe le col du ménil et le col des croix sans encombre, les pourcentages ne sont pas élevé.

-Servance Km 195 c'est la que tout ce corse, retour par la petite Finlande, avec d'entrée une montée à 16% j'entend l'allemand qui roulait avec moi dire ''o mein gott '' et il '' explose '' , cette montée est interminable faite de raidars et de descentes du type ''silver star'' et impossible d'en voir la fin. beaucoup sont à pied, heureusement que j'avais prévu le coup, pédalier compact 34/50 et cassette 12-29, je dépasse des groupes entier même en montant entre 8 et 11 Km/h.

-Dernier ravito dans la monté, je rattrape un groupe de costauds, des rouleurs idéale pour les 15 derniers Km de plats et on bascule dans la descente; le retour vers l'arrivé est impressionnant digne d’une course FSGT, le compteur affiche entre 40 et 50km/h, on rattrape plein de coureurs et on ce retrouve rapidement à une cinquantaine, je serre les dents et termine avec eux limite crampes. Je passe la ligne en 782ème position (286ème catégories de 30-39 ans) 8h40min44s, content de mon résultat, je suis prêt pour la Marmotte.

Seul regret, l’organisation limite, pas assez au ravitaillement, peu de signaleurs à certain endroit, des tronçons gravillonnées qui auraient pu facilement être balayés et peu de motards pour accompagné 4000 coureurs.

Les stats compteur et cardio: 221 Km (213 km officiel mais on n’a tous eu le droit à un peu de rabe) 4500m/dév, moyenne 25,50km/h, 6000 kcal de consommée, moyenne cardiaque 143 pul/min max 173.

Le premier torche ça en 6h32min 32.60km/h le dernier 2583ème en 13h31min 15.74km/h.

Mes potes, Christophe VCSCP 179ème en 7h33min c'est le boss, Paolo (spakito) et Christian du Zillis team termine ensemble 730 et 731ème en 8h35min.

Robi arrive en 2159ème en 11h05min05s 19.21km/h 63ème dans sa catégorie 60-66 ans.

2583 coureurs classés environ 3500 partants sur le grands parcours et 800 sur le petit.

 

 

 

 

arrivee Marmotte 2013.jpg
MARMOTTE 2013
Arrivée groupée de Jean-Paul, Christophe et Christian après 175 Km et 8h12'
SV3D6140.jpg
DSC02567.JPG


Voilà j'y suis ! il est 7h05 , je suis sur la ligne de départ du moins au milieu de milliers de cyclistes mais je devrais dire de Cyclist ! je me sens un peu seul et un peu perdu dans cette foule d'anglais , hollandais et danois . L'équipe de Bernie and Co étant un peu à la bourre je crois bien , je me suis dirigé vers le départ afin de ne pas être trop loin mais raté je suis déjà très loin ... Alors j'attend là que l'heurre passe doucement avec mon vieux K-Way que j'abandonnerais le départ venu .
J'entend les cales qui frottent qui clipsent , des applaudissements et soudain me voilà parti , enfin !
Le départ se fait tambours battant mais je décide de me faufiler pour remonter la file et ne pas prendre de bouchon pour la première difficultée , pour l'instant tout se passe bien je me retrouve aux avant postes d'un bon groupe et le Glandon se profile devant moi et enfin je peux prendre mon rythme de croisière , ah je disais avant que tout se passe bien pour l'instant en effet pour l'instant ....
J'ai vraiment de bonnes sensations , je monte sur le 25 et le 28 pour bien tourner les jambes , je bois , je mange bref tout baigne
je m'éforce à ne pas faire monter le cardio mais c'est vraiment tentant les jambes tournent tellement bien et me voilà au sommet au milieu d'un gigantesque bordel de vélos !!!! Je peine à remplir mon bidon et je repart pour une descente ou le chrono est arrté .
Etant plutôt à l'aise dans cet excercice je décide de la faire à ma main en tournant bien les jambes et en me ravitalliant , je double une quantité monstre de cycliste sans forcer quand soudain ma chambre à air latex de la roues arrière explose littéralement faisant déjanter mon pneu et vient se mettre dans l'étrier de freins bloquant ma roue ! je récupère la maitrise du vélo et ouf je m'arrête sur le bas côté !!!! Merci le cyclo cross .
..... Retour 24h plutôt dans la descente de l'alpe d'où je viens de récupérer mon dossard , je descends très doucement trop de vélo , trop de voiture , bref trop de monde ! Quand soudain ma chambre à air en latex .... la suite est la même aventure que le lendemain sauf que là une fois réparé je m'arrête dans un magasin de cycle pour acheter une chambre et j'explique au vélociste (très sympa d'ailleurs) mon aventure . L'explication est simple par forte chaleur et fort freinage le fond de jante en plastique chauffe , se déforme et Boum ! Il faut mettre des fonds de jantes en coton c'est la solution ! Alors c'est parti pour 2 fonds de jantes en coton .
Bon le conseil du vélociste est sans doute le bon au vu des dizaines et dizaines de crevaisons dans la premiere descente mais les chambres à air latex Vittoria de la M....
Bref revenons à ma course , je répare et repart !
Fin de la descente et reprise du chrono , j'accroche un groupe pour ne pas me retrouver tout seul sur les conseils des vieux brisquards du Scm . L'entente n'est pas bonne et ça roule n'importe comment , cette vallée me semble interminable et je perds beaucoup de concentration quand j'appercois enfin ce panneau " Col du Galibier 35km "
La mise en route du télégraphe se fait doucement , cette vallée m'a coupé les pattes !
Et puis ça revient , les jambes tournent comme avant et le col est bien sympa à monter le sommet est là et c'est la même cohue pour se ravitailler , 10 min de perdues ! Une petite descente et je rentre dans Valloire (où une fontaine coule à flôt pour se ravitailler tranquillement... si j'avais su ...), je passe sur la boucle et c'est parti pour le galibier .
Je part tranquille je mets le 25 et je me laisse monter , le paysage est superbe !! Arrive la premire épingle et la pente s'incline un peu plus , du coup je mets le 28 que je ne quitterais plus de la montée , un panneau m'indique qu'il reste 5km avant Plan Lachat , le soleil et le vent est avec nous c'est splendide je prends vraiment plaisir même si je trouve que se serais plus sympas sans tout ces vélos , juste moi et la montagne ! Mais bon on va pas faitre la fine bouche .
Arrive Plan Lachat et c'est de plus en plus beau et magique , on voit la route qui part sur la droite tout là haut mais c'est pas encore le sommet il reste 8 km !
Les visages autour de moi sont bien marqué déjà et leurs coups de pédales saccadés , moi je suis bien sur mon 28 mes jambes sont un peu dur mais c'est normal ça fait 2 heures qu'on monte , le panneau "sommet 5km " passe à côté de moi quand je lève la tête et je vois tout là haut sur la gauche le sommet ! Qu'il est haut ce Galibier quand même !
Le soleil tape fort à cette altitude mais que c'est beau Christian ne m'avait pas menti ! D'ailleurs ils sont où ? Ca me ferais du bien de les voir pour rouler avec eux !
Je passe le sommet , j'enfile mon coupe vent et je plonge sur le Lautaret en toute prudence ! Les premiers lacets sont tout simplement vertigineux et pas question de lacher les freins !!!! Mais très vite la pente s'adoucie et le vent n'est plus avec nous , je passe le Lautaret je pédale tranquillement j'attend un groupe car je ne vois personne devant , j'en profite pour me ravitaller en roulant et enfin un groupe me rattrape mais c'est pas la meilleur des choses qu'il m'est arrivée , je suis le seul Frenchies et la trentaines de coureurs ( qui sont pour la plus part du meme groupe à en croire leurs maillots )ne sont pas trop d'accord que je les accompagnes , ils me serrent sur le bas côté , laisse des trous , s'arrete de pédaler bref un calvaire ! En plus je sort ma feuille de route pour voir combien de km il reste avant le début de l'alpe et là ... coup d'arrêt ! On est à Grave et il reste 31km .... trop c'est trop je décide de partir seul pour rentrer sur un petit groupe juste devant à 1 min , je rentre facilement mais que c'est long cette vallée trop long je m'ennuie .... et vous êtes où les copains ? Au secours !!!!
Mais Bourg d'Oisans est là je m'arrête au ravito et je repart à l'assault de ces 21 virages
Les 500 premiers mètres se passe bien quand soudain après la première épingle mon estomac se crispe , mes bras frissonnent , le soleil me tape dessus et pire ma tête décroche !!! Pourquoi je sais pas mais plus de mental ! plus envie de me faire mal j'ai l'impression que ma marmotte est un fiasco ! Je m'arrête , je repars , je marche , je repars , je remarche .... et comme ça pendant 8km . Je m'accroche pour ne pas m'arrêter à ma femme , mes enfants je pense à eux mais c'est très dur !
Et puis je repense à une intervention que j'ai faite un jour où je suis sortie en ambulance pour un relevage d'un jeune hanicapé moteur ,suite à une maladie infantile ,de 20ans qui est tombé de son fauteuil roulant en voulant attraper la télécommande pour regarder le tour de France à la tv , et qui m'a dit qu'il donnerait tout ce qu'il a pour un jour faire 5 min de vélo , seulement 5min de vélo .....
Alors je m'accroche , je suis au limite des larmes , je pose le pied à terre mais je m'accroche et repars
J'arrive à Huez je regarde le clocher quand celui-çi indique 16h10 et là je me dis que finalement ma marmotte et mon objectif de 8 h est possible ( pour info je roule sans compteur et sans cardio ) Je me mets un coup de pied au cul et je repars en danseuse et les jambes reviennent un peu .... 4km , 3 km , 2km , 1 km c'est bon c'est fini 8h01 !
Alors finalement j'ai rempli mon objectif de 8h à 1 minute prêt .
Dommage que je ne savais pas mon temps au pied de l'Alpe , Dommage ces valées qui mon coûté trop d'influx , dommage de ne pas avoir fait la route avec Christian , Jean Paul et Christophe , et aussi dommage d'avoir perdu le mental aussi bêtement !!!
Alors l'année prochaine je reviens et ....
CA VA SAIGNER !!!!!!!!!



LA MARMOTTE DE JEROME BENTZINGER
ce site a été créé sur www.quomodo.com